La tactique du dérapage

Dans les médias, l’heure est aux « dérapages ». Les médias et les réseaux sociaux s’agitent autour de ces évènements de langage, quand une journaliste parle du « discours de vérité » du FN, une politicienne affirme le caractère racial de la France ou encore quand un bourgmestre flamand propose de repenser la Convention de Genève sur l’accueil aux réfugiés. Le dérapage, qui devrait être un accident de communication, donc exceptionnel, est désormais – tout le monde le comprend ainsi – une stratégie de communication, généreusement mise en scène par des médias en quête de visibilité et habillement maniée par des politiques entraînés à l’exercice. Stratégie qui n’est pas offerte à tous. Bien sûr, nous ne sommes pas égaux devant le dérapage. Certains sont poursuivis en justice. D’autres sont prononcés, répétés et défendus par des élus devant des salles combles ou sur de grandes chaînes de télévision à des heures de forte audience, ce qui rend l’idée de dérapage exceptionnel encore plus douteuse. Rien de vraiment surprenant jusqu’ici.

Mais aussi, la notion-même de dérapage s’inscrit dans une nouvelle langue dont on peut observer la prolifération depuis quelques années, notamment sur les réseaux sociaux. Une langue faite d’euphémismes, destinés à adoucir des propos discriminatoires (que je trouve) choquants et qui, par delà les orientations politiques des uns des autres, s’articule autour des idées de l’extrême-droite. Il existe aujourd’hui une série de termes destinés à édulcorer la virulence de ce que l’on ne peut dire sans risquer d’être accusé d’intolérance. Les sexistes, les antisémites, les racistes, les homophobes et les islamophobes sont désormais des « provocateurs », des « polémistes » qui « disent tout haut ce que tout le monde pense tout bas ». La défense de la liberté d’expression et de la démocratie est devenue une justification bien commode pour faire passer la haine de l’autre et de la différence, tandis que « bien-pensants ! » et « larbins de la pensée unique ! » sont des quolibets adressés à ceux qui se battent contre tous les racismes, le sexisme, l’homophobie et j’en passe. Certes, il faut toujours remettre sur le métier la liberté d’expression. Il ne suffit pas de s’exclamer que la parole est libre pour qu’elle le soit effectivement. Mais, tout se passe comme si ces concepts, dont on croyait qu’ils étaient stables dans leur signification, se révélaient être des notions à géométrie variable en fonction de la position que l’on occupe dans le débat politique et dans le champ social. Pour les linguistes et philosophes, rien de neuf sur cette question. La pragmatique montre que les concepts souffrent de la position de leur énonciateur. D’un point de vue démocratique, il est heureux de voir que des notions soient libres d’être appropriées par divers groupes sociaux pour exprimer leurs luttes, leurs aspirations, leurs désirs. Pourtant, il y a aussi des raisons morales sérieuses de s’inquiéter d’une société progressiste où l’on puisse assimiler des propos discriminatoires à de la liberté d’expression. Aujourd’hui, l’on peut être raciste ou sexiste et se battre pour la liberté d’expression, enfin sa liberté d’expression à soi. Le vertige.

Enfin, ce qui est encore plus préoccupant, c’est que le dérapeur professionnel, le populiste qui ose dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas, est perçu par ses adeptes comme un héros. Ses dérapages seraient des révélations acquises au prix d’un courage incroyable. Ils constituent autant d’indices de son charisme, de sa capacité à défier le système en place. Ma question : Depuis quand l’absence d’empathie et l’expression publique de la haine de l’autre, dire tout haut certaines des pulsions qui travaillent les humains, relève-t-elle du courage ? J’ai souvent pensé que le courage était, parmi d’autres, celui du pompier ou du médecin, de ceux qui viennent en aide aux pauvres ou aux réfugiés, ou encore de ceux qui mentent pour cacher des persécutés. Bref, il y a quelque chose d’éminemment pervers dans ces dérapages. Ce sont des expressions de l’odieux qui se cachent derrière un discours de courage. Le psychanalyste Gérard Miller disait: « Ce que les gens pensent tout bas, il vaut mieux qu’ils le gardent tout en bas ». En ces temps crispés, ce dont nous avons besoin, ce sont des diplomates, c’est-à-dire des individus capables de traduire et d’amener à la discussion, et non de politiques ou de journalistes qui « dérapent ».


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.