Le sein de l’alma mater

 

“Your worst enemy, he reflected, was your own nervous system“. Orwell, 1984

 

Dans un esprit de dénonciation, j’avais proposé, il y a quelque temps, cinq principes pour se débarrasser de son faux-soi académique (https://f-origin.hypotheses.org/68). Sur un ton potache, il s’agissait, pour moi, de faire tomber les masques (le mien, en premier), en mettant à jour le jeu de rôles oppressant qui aliène nombre d’entre nous dans l’écosystème scientifique contemporain et génère des troubles psychologiques, parfois sévères, trop souvent maintenus dans le silence. Les valeurs de compétition, matérialisées dans le diktat des évaluations et une temporalité d’urgence, la précarité et la rareté des postes accessibles ainsi que les surcharges diverses une fois « à l’intérieur », sont venues s’agréger aux conditions pathogènes quasi inhérentes à la pratique de la recherche — le besoin de reconnaissance, l’existence de castes et d’inégalités, la solitude. Un cocktail toxique, dévastateur surtout en l’absence d’une éthique du soin, qui touche surtout les catégories académiques les plus vulnérables (les doctorants, les postdoctorants, les adjuncts, les jeunes professeurs, etc., cette « chair à canon », comme disait Whitehead, de l’institution universitaire), mais pas seulement.

 

Inventée par Winnicott, la notion de « fake self » me semble pertinente (plutôt que celle de rôle) pour saisir certains des aspects de notre loyauté vis-à-vis d’une alma mater. Le faux-soi regroupe un ensemble d’attitudes du tout-petit destinées à s’adapter aux besoins d’un environnement maternel défaillant. Dans le modèle de Winnicott, en remplacement d’une mère trop occupée par elle-même, dépressive par exemple, le nourrisson en vient à réagir aux stimuli et déploie un faux-soi, une seconde peau qui le cache et le protège. Incapable de faire autrement, son développement est contraint par le tuteur émotionnel que représente la mère quand elle n’est pas « assez bonne ».

 

Il est délicat de comparer la relation duale d’une mère à son enfant à celle d’un individu au sein d’un écosystème institutionnel. Pourtant, il semble y avoir des ingrédients partagés. Sans vouloir trop l’infantiliser, le doctorant ou le jeune chercheur est démuni, à la merci de son environnement professionnel. Le directeur de thèse constitue ce miroir qui, selon Winnicott, renvoie la mère au nourrisson. Certainement, les tout premiers mois passés dans un laboratoire sont déterminants dans l’élaboration d’un être-au-monde scientifique, alors que le novice se saisit lui-même dans la capture spéculaire du regard des aînés et de ses pairs. En observant et en participant, sans qu’il y ait de pédagogie claire, ce dernier acquiert les catégories, les pratiques et les règles implicites du milieu, autant de stimuli auxquels il va apprendre à réagir. Peu à peu, il les intériorise et ses réactions se pérennisent. Or le monde scientifique d’aujourd’hui est défaillant. S’y déploient un éthos concurrentiel destiné à mettre en avant des exploits (publier dans les meilleures revues, avoir tout lu, etc., les yeux rivés sur les classements et autres types d’évaluations) ; l’absence de frontières entre la vie scientifique et la vie privée, ainsi que l’incontournable épuisement des savants dans leur travail ; un discours sur la nécessité et, dans le même temps, l’inanité de la recherche ; et surtout, la mise sous silence des émotions négatives.

 

À n’en pas douter, la quête de savoir procure jubilation. Pourtant, trop souvent, l’univers académique qui la rend possible ne possède pas la dimension de « holding » si chère à Winnicott, cette capacité, dira-t-on, à accueillir les angoisses du chercheur et à soutenir sa créativité. Immergé qu’il est dans cette zone grise que l’on appelle « passion intellectuelle », le jeune chercheur accepte la toxicité de l’environnement qui le tient, comme un tout-petit s’adapterait à une mère dépressive. Bientôt, devenu son propre “big brother” orwellien, il se flagellera tout seul grâce à son fake-self, tout à la fois son gardien et son bourreau, et sera incapable de faire autrement. L’institution, elle, survivra. Sans doute nombre d’entre nous y retrouvent le parfum des milieux défaillants que nous avons déjà connus avant. Aussi, la question qui se pose est-elle : à quand un monde scientifique « assez bon » ? Un tel monde, fait de gai savoir, de sollicitude, d’honnêteté, d’incomplétude, de joyeuse ironie et de préservation de soi, reste à édifier.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.