Vivre avec nos incohérences

Une anecdote tirée de mon cours d’anthropologie du genre : une étudiante nous explique son embarras alors que, féministe convaincue, elle se mit un jour à fredonner devant la glace les paroles sexistes d’un tube qui passait sur les ondes radios. Dans la même veine, je pense souvent à ces militants écologistes qui sont fumeurs. Prenez ces intellectuels anticapitalistes qui, de par leurs pratiques éditoriales, sont des agents du capitalisme académique. Et l’on pourrait multiplier à l’envi les exemples de ces pensées, discours et attitudes contradictoires, et leur humaine inévitabilité, encore plus visibles dès lors qu’ils sont le fait d’individus dits « engagés ». Car les indignés, eux aussi, sont pétris de contradictions. Adhérer passionnément à une cause, c’est souvent opérer une sélection, s’obliger à oblitérer ses incohérences morales, un peu comme quand l’on tombe amoureux et que, dans l’intensité ressentie, l’on perd un certain discernement. Bref, comment avoir une pensée et, dans le même mouvement, son contraire ? Les psychanalystes nous enseignent que c’est le fondement-même de l’inconscient que d’être traversé par des forces contraires, tandis que les comportementalistes utilisent la sage notion de « dissonance cognitive ». Les sciences sociales, quant à elles, se sont fort peu penchées sur ce fondamental: oui, les humains sont pétris de contradictions.

Je ne suggère ici que quelques pistes à propos d’un sujet que je voudrais explorer plus avant. A grands traits, les combinaisons peuvent être multiples. Nombreux sont les individus qui vivent avec des principes moraux et des comportements qui s’opposent. Un collègue sait que fumer est mauvais, mais pourtant il fume. Untel condamne le désastre écologique provoqué par les émissions de CO2 et ne cesse de prendre l’avion. L’on peut s’affirmer publiquement contre l’adultère et tromper en secret. Il est aussi possible de repérer des contradictions opérant entre les idées elles-mêmes, souvent déployées selon le contexte. Progressistes chez eux, féministes pour leurs propres enfants, certains anthropologues défendent, sur leur terrain lointain, la pratique de l’excision ou de certaines traditions d’un autre âge et ce, au nom du relativisme culturel. Cas extrême dans l’horreur: des bourreaux le matin se révélent être « d’affectueux » pères de famille le soir venu. Un trader, responsable qu’il est de l’accroissement des inégalités mondiales, n’aurait-il pas le droit d’être, durant le temps de ses vacances mises au service d’une ONG, un humaniste au grand coeur?

Ce qui est intriguant pour moi, c’est que l’humain puisse vivre, paisiblement, avec de telles contradictions. Dans bien des cas, même s’il ne faut pas négliger qu’existent mensonges et manipulations (surtout dans le domaine du politique où l’art consiste justement à nier les contradictions), c’est en toute bonne foi que lesdites contradictions sont invisibilisées. Une relative ignorance de soi-même semble nécessaire pour continuer à mener une existence paisible. Souvent, je ne verrai pas moi-même de contradiction, ou s’il m’est donné de l’entr’apercevoir, je lui attribuerai une justification immédiate destinée à produire de la cohérence (« je fume, mais ce sont des cigarettes roulées, tu sais…”). Parfois, au prix d’un effort de réflexivité, la contradiction se fait jour, devant le miroir, comme pour mon étudiante embarrassée.

Le sujet est important car il nous invite à réfléchir sur l’idée d’un moi unifié. Des expériences de philosophie expérimentale ont montré que l’idée de l’existence de personnalités morales stables est contestable. « Il n’y aurait pas de “noyau dur” de la personnalité, stable, unifié, invariant d’une situation à l’autre », écrit Ruwen Ogien (2011 : 40). Des facteurs apparemment futiles pourraient orienter nos conduites dans un sens moral ou l’autre, comme par exemple la simple odeur de croissants chauds diffusée dans un supermarché qui incitera davantage les individus à se soucier d’un mendiant et à lui donner de l’argent. Comment, alors, rendre compte de la cohérence de la pensée ? « How can we reconcile the innumerable contradictions which we are unable to resolve with our longing for a unitary coherence which also seems an essential part of our true nature? » se demande le philosophe Paul Roubiczek (1952). Mais aussi, comment les acteurs eux-mêmes gèrent-ils et justifient-ils leurs pensées et leurs comportements contradictoires?

Une piste s’ouvre à nous avec les travaux de Roger Bastide. En 1955, l’anthropologue français découvre le « principe de coupure » dans le domaine du religieux. Dans les rituels syncrétiques afro-brésiliens qu’il étudie, il met en relief un mécanisme « permettant la simultanéité de comportements différents sans conflit intérieur ». De l’adepte du candomblé, Bastide dit : « non il ne ment pas. Il est à la fois catholique et fétichiste. Les deux choses ne sont pas opposées, mais séparées ». Selon lui, le principe de coupure annule l’idée d’un déchirement entre deux forces opposées qui se battraient au sein de l’individu. Il rend possible la coexistence des contradictions. Dans le même esprit, Bruno Latour a montré que ce qui apparaît comme une « contradiction de la pensée » ne devrait, en fait, pas être compris ainsi : « l’on peut fabriquer, asseoir, situer, construire, des divinités qui saisissent et échappent pourtant » (Latour 1996, 21-22). La science n’est-elle pas pleine de ces entités tout à la fois construites et vraies, découvertes et fabriquées ? Certes, pour mieux comprendre les ressorts de la coupure, il faudrait mettre paroles et comportements en contexte, ce qu’Evans-Pritchard nous invite à faire dans sa discussion de la poétique religieuse. Lors de sacrifices, les Nuer déclarent qu’un concombre est un boeuf, sans pour autant confondre les deux dans leur vie quotidienne. Bref, en le généralisant à d’autres situations, mais aussi en spécifiant ses mécanismes, le principe de coupure bastidien nous permettra peut-être de mieux saisir la complexité des incohérences de la pensée et de leurs justifications: comment l’on peut être un “écologiste fumeur”, un “trader humaniste”, un “révolutionnaire néolibéral”, bref l’un de ces hybrides du monde actuel.

Bastide, Roger. 1955. « Le principe de coupure et le comportement afro-brésilien ». Anais do 31e Congresso Internacional de Americanistas, Anhembi, 493-503.

Latour, Bruno, 1996. Petite Réflexion sur le culte moderne des Dieux faitiches. Le Plessis Robinson : Synthélabo Groupe, coll. « Les Empêcheurs de Tourner en Rond ».

Ogien, Ruwen. 2011. L’Influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine et autres questions de philosophie morale expérimentale. Paris, Grasset («Essais »).

Roubiczek, Paul. 1952. Thinking in opposites, an investigation of the nature of man as revealed by the nature of thinking. London : Routledge and Kegan Paul.


1 thought on “Vivre avec nos incohérences

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.