Ebola expliqué à Jean-Marie Le Pen

A la mi-mai, avant l’incident de la « fournée », Jean-Marie Le Pen nous gratifiait déjà de l’un de ces dérapages médiatiques dont il a le talent, arguant qu’une épidémie d’Ebola en Afrique permettrait de régler le problème de l’immigration en Europe. Depuis lors, on a beaucoup discuté de la dimension stratégique de telles sorties qui permettent au Front National de balayer large au niveau électoral, tout en conservant son électorat le plus extrémiste. Particulièrement horrifiante est la déshumanisation sarcastique vis-à-vis d’un contexte d’extrême souffrance et de désespoir, alors que trois pays d’Afrique de l’Ouest connaissent actuellement des flambées épidémiques incontrôlables.

En 2006, j’ai eu la triste expérience de mener une recherche dans des villages du Gabon, où débutait alors une épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola. Pour rappel, la fièvre d’Ebola est une maladie contagieuse et grave dont le taux de létalité est très élevé (50 à 90%). Les formes graves de la maladie provoquent des hémorragies multiples et une rapide défaillance de plusieurs organes. Dans la plupart des cas, l’épidémie débute rapidement après que des habitants eurent consommé de la viande de primates trouvés morts en forêt.

Lors des flambées virales, les villages sont mis en quarantaine par les autorités et constamment contrôlés. Des centaines de malades meurent en quelques semaines dans de terribles conditions sanitaires. Face à ces morts en série foudroyantes, les villageois sont non seulement choqués et angoissés, mais il se sentent aussi harcelés, car les équipes médicales leur imposent des contraintes d’hygiène extrêmement strictes. Il leur est interdit de toucher les animaux trouvés morts dans la forêt, tandis que les équipes médicales s’efforcent de faire cesser certaines pratiques rituelles à risque, notamment le lavage rituel des cadavres, qui favorise la propagation de l’épidémie. Les malentendus sont nombreux.

Certains villageois s’enfuient en forêt à la vue des combinaisons de protection blanches portées par les équipes médicales. D’autres refusent de laisser les médecins opérer des prélèvements sanguins de peur que ces derniers ne leur transmettent Ebola. Il existe, en effet, une rumeur de complot d’après laquelle le virus serait une maladie créée par les Blancs pour tuer les Noirs. Sur place, l’hostilité à l’endroit des médecins africains et européens, tenus pour responsables de la propagation de la maladie, est forte. Ces croyances conspirationnistes ne choqueront certainement pas Jean-Marie Le Pen qui est, lui-même, un adepte des théories du complot judéo-maçonnique.

Alors que des amitiés rares et surprenantes peuvent aussi se tisser (comme justement entre Le Pen et Dieudonné qui s’accordent sur leurs intérêts conspirationnistes), tandis que certains leaders nationalistes aiment s’afficher entourés de gardes du corps Noirs, les extrêmes droites européennes nous ont malheureusement habitué à ces dérapages racistes où la déshumanisation de l’Africain occupe une place prépondérante. Les rhétoriques nationalistes fleurissent en Europe et les insultes anti-Noirs, celles d’un autre temps qui rappellent la situation coloniale et les combats nécessaires des Césaire et Fanon, se libèrent. Dernièrement, un journaliste flamand traitait la joueuse de tennis Séréna Williams de « grosse négresse », tandis qu’on se souvient des quolibets racistes adressés à Christiane Taubira et à Cécile Kyenge, la ministre italienne de l’Intégration. Bref, ne soyons pas dupes : parce qu’ils postulent une hiérarchisation naturelle des citoyens, les partis d’extrême droite continuent de se livrer à un processus de déshumanisation racial. Aucune tentative de dédiabolisation, aucune quête de respectabilité ne peut le dissimuler.

 

Publié sur http://www.huffingtonpost.fr/david-berliner/jean-marie-le-pen-ebola_b_5522198.html


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.