Non aux théories du complot !

Alors que l’on ne peut que ressentir tristesse et colère face à la
tuerie survenue au musée juif de Bruxelles, un lieu humaniste de savoir,
de culture et d’échanges, il faut s’inquiéter de la circulation des
idées conspirationnistes qui, entre autres, banalisent l’antisémitisme
sous couvert de lutte contre le sionisme.

Lors d’une visite récente dans une librairie bruxelloise, j’ai
découvert qu’un espace du rayon « Sociologie » portait l’étiquette d’un
célèbre conspirationniste français, notamment antisémite et homophobe,
dont les ouvrages sont publiés par une maison d’édition érotique.
Trouver les textes de cet idéologue, qui n’est aucunement reconnu par la
communauté des sociologues, et n’a jamais rien publié dans une revue
scientifique (mais qui pourtant se désigne comme « sociologue »), aux
côtés de ceux de Pierre Bourdieu, le sociologue dénonciateur par
excellence, constitua un véritable choc. Bien qu’il ne soit pas ici
question de censurer, l’on est en droit de se demander si ces écrits
qui, sous prétexte de dénoncer un système, véhiculent une telle haine de
l’autre (du juif, en particulier), méritent une étiquette visible dans
un rayon de librairie. Je pris immédiatement ma cyberplume pour
manifester mon indignation auprès de cette librairie dont le responsable
décida de déplacer les ouvrages du polémiste du rayon « Sociologie » à
celui « Questions de société », m’informant au passage que, sans pour
autant en cautionner le point de vue, il s’agissait d’un auteur « fort
demandé ».

L’on a déjà beaucoup écrit sur le succès des théories du complot en
cette période de crise économique et de repli nationaliste. Au cœur du
système de pensée conspirationniste figure le « juif », désormais peu
habilement dissimulé sous la figure du « sioniste », un manipulateur
prêt à tout pour dominer le monde. Ce qui peine le chercheur que je
suis, c’est que de telles croyances puissent concurrencer, surtout
auprès d’un public crédule amateur d’harangues sur la toile, le savoir
que nous nous évertuons à produire, avec humilité et patience, dans nos
universités. Refusant de prendre en compte la subtilité des situations
historiques et sociologiques, ruinant la complexité du réel au profit de
bouc-émissaires et de formules lapidaires, lesdites théories se
caractérisent par des causalités « bizarres », celles-là mêmes qui ne
demandent pas à être justifiées par des faits. Les sionistes voudraient
s’emparer du contrôle de la planète, tandis que les homosexuels, avec
leurs revendications au mariage, seraient les responsables d’un déclin
de civilisation… Absolument rien, aucune preuve sociologique digne de ce
nom, ne permettra d’étayer ce genre d’assertion, si ce n’est par la
force de la conviction des conspirationnistes eux-mêmes qui ne cessent
de crier au complot. Ici, ce n’est pas le régime de la causalité
historique, ni la dénonciation d’aspects concrets et mesurables d’une
politique nationale ou internationale, mais bien le royaume des
associations entre des entités menaçantes inventées (par exemple, le «
lobby », la « mafia ») et les preuves imaginées a posteriori de leur
existence. A bien y regarder, il y a quelque chose d’éminemment
religieux dans le fonctionnement de ces croyances magiques. Une pensée
paranoïaque qui, toujours, blâme un autre manipulateur pour expliquer un
malheur (comme c’est également le cas dans les accusations de
sorcellerie dans bien des régions du monde). Une pensée qui, tout en
réclamant une suspicion généralisée à l’égard des pensées, résiste au
doute méthodique vis-à-vis d’elle même et ne fonctionne que dans le
cadre de son propre système de références souvent dichotomiques (« les
conspirateurs » versus « les éclairés qui mettent à jour le complot »).
Une pensée qui a la peau dure, tant elle persiste dans le temps :
l’ancienneté des théories du complot judéo-maçonnique et leur
transmission jusqu’à ce jour n’est plus à démontrer. Enfin, une pensée
haineuse qui peut mener à la violence, l’histoire du nazisme et son
obsession du « complot juif » en témoignent à l’envi. Particulièrement
inquiétant est le processus de déshumanisation qui y est à l’œuvre.
Accusés de tous les maux de l’humanité, les soi-disant complotistes en
sont derechef exclus, et leur élimination peut devenir un « mal
nécessaire » destiné à protéger, à purifier le corps social.

Tandis qu’ils postulent leur capacité à défaire le système, les
conpirationnistes d’aujourd’hui se distinguent surtout par leur
suivisme. Chercher à dénoncer inégalités et manipulations en s’appuyant
sur une rhétorique antisémite et homophobe moyenâgeuse constitue un
projet pour le moins déconcertant. De même, vouloir faire d’un geste
standardisé (comme la quenelle qui procède d’une imitation systématique)
une preuve de résistance au système est, somme toute, une entreprise
bien paradoxale. Bref, l’ « anti-système », la « dissidence » dont
certains se targuent, est avant tout un conformisme, une pensée magique
qui se prend pour de la dénonciation. De mon côté, je les invite plutôt
à rejoindre les rangs de « l’anti-sillonisme ». Au siècle dernier, le
philosophe anglais Whitehead nous rappelait avec justesse que « le
problème est la restriction de pensée sérieuse à l’intérieur d’un sillon
». Pour ceux-là, il est grand temps de sortir du sillon étroit de leur
pensée : celui de la haine et du complot.

 

Publié sur http://www.huffingtonpost.fr/david-berliner/theorie-du-complot_b_5539538.html


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.